BlogIntervention

Feu de boussailles

Deux gendarmes retardent la progression d’un incendie à Beaucourt

Deux gendarmes de la brigade de Beaucourt ont retardé, mardi vers 18 h, la progression d’un violent incendie qui a détruit environ 350 m²  de végétation et deux cabanons dans une propriété inhabitée de la rue Julg.

L’intervention de deux gendarmes a visiblement empêché mardi en fin d’après-midi, la propagation d’un incendie à davantage de friches et à des maisons voisines dans le quartier des Champs Blessonniers à Beaucourt.

À l’origine, un jeune sous-officier de gendarmerie et un gendarme adjoint volontaire revenaient de Delle et rentraient à la brigade de Beaucourt. En arrivant dans la localité, ils se sont inquiétés d’un important dégagement de fumée que le vent rabattait dans les rues beaucourtoises. Ils en ont recherché l’origine et ont trouvé l’incendie au 51 rue Julg.

Le tuyau d’arrosage du voisin

Très violentes, les flammes d’une hauteur de 60 à 80 cm étaient parties du bas du terrain côté impasse des Prunelles et remontaient vers la maison, inhabitée depuis environ 6 ans. Elles avaient déjà englouti des broussailles et deux cabanons d’une surface au sol d’environ 20 m².

Tandis qu’un des militaires s’assurait que personne ne se trouvait dans la maison, son collègue a emprunté le tuyau d’arrosage à un voisin. Depuis la partie haute du terrain, le gendarme a arrosé la végétation très sèche à cette saison.

Une intervention de deux heures

Le voisin ayant donné l’alerte, les pompiers de Beaucourt commandés par le capitaine Denis Galli ont pris l’incendie en tenaille avec deux lances. Ils ont abondamment arrosé la végétation depuis la rue Julg. Ils ont passé du temps sur les deux cabanons qui contenaient du matériel de jardinage et des hydrocarbures. Puis ils sont descendus jusqu’en bas du terrain en dévers. Ils ont dû abattre un arbre qui avait commencé à brûler.

Deux heures d’intervention ont été nécessaires pour maîtriser les flammes et commencer les déblais.

D’origine malveillante

Cet incendie d’origine malveillante a brûlé environ 300 m²  de végétation et deux cabanons en bois. Mais il aurait pu avoir des conséquences plus importantes sans l’intervention efficace des gendarmes qui ont visiblement retardé sa progression.

Un gendarme qui est allé au contact des flammes a été incommodé par les fumées. Il a été examiné mais son état n’a pas nécessité de transport à l’hôpital du Nord Franche-Comté.

Est républicain web du 26.08.2020 – Article par Pascal CHEVILLOT